Jusqu’à la fin…

Elle lit en moi, ou tout au moins elle le pense, alors que pourtant elle ne me voit pas.

Il lit l’émoi que je laisse trainer sur l’immensité de ce vide intersidéral qui nous sépare dans la grande toile
alors que je ne ressens que l’indifférence sécurisante d’être parmi la foule.

Elle rit de moi quand je me rends si ridicule, espérant ainsi éclairer sa journée qui n’a pas forcément besoin de lumière

Il rit de moi pensant, sans doute, que je ne prévois pas chacune de ses réactions aux mots que je lui ai laissé.

Je les regarde pourtant et les ressens.

Parfois je les aime, parfois je les hais.

Souvent je brûle de les toucher, oh non pas physiquement même si cela pourrait être si doux, non… non je me consume de laisser une empreinte indélébile sur la façade nord de leur cortex.
Peut-être n’y arriverais-je jamais, ce n’est pas si grave… Ils se souviendront de moi au moins jusque demain…

Qui est « il » ? Qui est « elle » ?

Peu importe puisque tu m’as lu !

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s